Agriculture : pour gagner la bataille de la valeur chacun doit prendre ses responsabilités

Communiqué de presse
30 janvier 2018

J’appelle les acteurs de l’industrie agroalimentaire, en particulier la grande distribution, signataires de la « Charte d’engagement pour une relance de la création de la valeur et pour son équitable répartition au sein des filières agroalimentaires française », à respecter leurs engagements.

Alors que les agriculteurs bretons tirent la sonnette d’alarme et entendent faire pression sur les négociations commerciales en cours avec les acteurs de l’industrie agroalimentaire et de la distribution, je dénonce le manque de transparence et de bonne volonté de ces derniers.


Les négociations sont toujours en cours pour la construction de plans de filières équilibrés et j’enjoins chacun à prendre ses responsabilités. Le moment est venu de passer des déclarations d’intention à la mise en oeuvre de partenariats équitables permettant un juste retour de la valeur aux agriculteurs.

C’est un défi d’avenir, pour la pérennité de notre agriculture, la vitalité de nos campagnes qui font notre fierté et pour notre souveraineté alimentaire. Je comprends les attentes impérieuses des agriculteurs, depuis trop longtemps soumis aux logiques de marges des distributeurs et exposés à la volatilité des cours.

En la matière, le volontarisme politique est fort. Les Etats Généraux de l’Alimentation ont permis de s’accorder une feuille de route claire :

  • Structurer le secteur de la production autour d’organisations de producteurs pour peser dans les négociations fixant les prix
  • Renforcer les interprofessions et en faire les lieux d’identification d’enjeux stratégiques par filière et de contractualisation tripartite
  • Et surtout, renverser la logique de construction du prix afin de prendre en compte les coûts de production

C’est l’objet premier de la loi agricole présentée le 31 janvier en Conseil des Ministres.

Relever le seuil de revente à perte, encadrer les promotions pour permettre un juste retour aux agriculteurs du prix payé, lutter contre les prix abusivement bas, si les acteurs de l’aval ne semblent pas s’en donner les moyens, la loi mettra en oeuvre les dispositions nécessaires pour remplir ces objectifs. C’est mon ambition, j’y contribuerai de tout mon poids.

Contact Presse :
Sandrine.lefeur@assemblee-nationale.fr