La transition énergétique ne doit oublier personne

Transition énergétique : Discours du 27 novembre 2018

Vous le savez ce matin le président de la République tenait un discours attendu, pour annoncer les lignes forces du Plan  de Programmation Pluriannuel de l’Énergie, dans le contexte de mobilisation sociale que nous connaissons.

Les enjeux du réchauffement climatique font peser sur notre génération une responsabilité importante. Cette dette climatique que nous accroissons chaque jour, devra être assumée par nos enfants et petits enfants. Ils en paieront les « intérêts », nous devons être responsables.

Aussi, les mesures annoncées par le Président ciblent une sortie des énergies fossiles et une diminution à 50% en 2035 de la part du nucléaire dans le mix énergétique de notre pays. Concrètement, 7 à 8 milliards d’euros par an seront mis sur la table pour développer les énergies renouvelables (contre 5 aujourd’hui).

D’ici 2030 :  Le parc éolien sera triplé, le photovoltaïque multiplié par 5, et 14 centrales nucléaires seront stoppées d’ici 2035. Les centrales à charbon, quant à elles, auront disparu d’ici la fin du quinquennat.

Et pour ce qui concerne la taxation des carburants :  le président de la République a pris aujourd’hui l’engagement « d’adapter toute nouvelle hausse de la taxe sur les carburants à l’évolution des marchés internationaux du pétrole », pour ne pas faire subir à ceux qui n’ont pas le choix une double hausse, si l’envolée des cours venait à se reproduire. Cette mesure permettra « d’avoir tous les trimestres un rendez-vous pour atténuer les effets éventuels d’une hausse ».

Ces choix politiques, extrêmement forts pour la transition énergétique, ne sont pourtant pas l’essentiel du discours prononcé.

Pour une transition juste et démocratique : lancement d’une grande concertation

L’actualité le démontre, trop de nos concitoyens se sentent exclus, voire victimes de la transition énergétique et écologique souhaitée. Les solutions qui viennent d’en haut sont incomprises et surtout se révèlent inadaptées et sources de blocage quand elles arrivent dans les territoires.

Chaque citoyen doit être acteur des décisions et des solutions qui le concerne. Aussi, le Conseil National pour la Transition Écologique, avec les partenaires sociaux, les élus de tous bords, les fédérations professionnelles, fera pendant 3 mois un Tour de France pour faire émerger des solutions concrètes, acceptables par chacune et chacun.

Des débats seront organisés, je m’associerai pleinement à cette vaste concertation.

C’est un changement de méthode radical, où la démocratie doit s’exprimer.

Une transition avec, et pour chacun, dans un nouveau pacte social

Plus largement, le mouvement des gilets jaunes en est le reflet,  beaucoup, bien qu’ayant un travail, peinent à en vivre correctement, se sentent « étranglés » par un trop plein de taxes, dont ils ne comprennent plus le sens.

C’est l’héritage de dizaines d’années où les questions ont été occultées ou mal traitées. des dizaine d’années où se sont accumulés des injustices laissant aujourd’hui, une grande partie de nos concitoyens dans l’incompréhension et finalement dans le rejet.

C’est en fait un enjeu pour l’ensemble de nos démocraties occidentales. Le sens a été perdu. Et chacune d’elle exprime sa volonté de rupture avec les errements du passé, le brexit en est un exemple : « cette société est peut être bonne pour la city, mais pas pour moi ». Notre pays y est confronté également, bien sûr.

Notre société doit donner sa place à chacun.

Cette nécessaire transition énergétique doit être l’occasion, l’opportunité pour redonner sa place à chacun dans notre société. Elle ne doit pas être une question d’expert, mais une question de citoyens et de décision.

Concernant cette question des « relations entre les citoyens et l’État, et au-delà la question du fonctionnement même de l’État : les pouvoirs de l’État, les relations avec les autres acteurs publics, notamment les collectivités locales, les lobbies, les forces de pression », le président de la République a annoncé qu’il prendra une initiative dans les semaines à venir.

Je m’associerai pleinement aux travaux à venir sur ces questions, dans nos territoires, et à l’assemblée.