Prime à la conversion des chaudières : Une politique substantielle !

prime à la conversion des chaudières : une aide substantielle

Le chauffage des habitations, surtout lorsqu’il repose sur une chaudière au fioul, représente une charge très lourde pour les ménages, souvent plusieurs milliers d’euros par an. Il est en outre extrêmement difficile, pour les foyers aux revenus les plus faibles de sortir de ces dépenses imposées, tant le prix d’une chaudière neuve est hors de leur portée.

Le ministre de la transition écologique et solidaire, François de Rugy et le ministre chargé de la ville et du logement, Julien Denormandie viennent de détailler la prime à la conversion des anciennes chaudières visant à favoriser leur remplacement par un mode de chauffage plus performant, plus écologique et plus économique.

Cette aide pensée à la fois pour lutter contre le dérèglement climatique et pour améliorer le pouvoir d’achat de tous les Français est une véritable mesure de transition écologique solidaire.

Modulée en fonction des revenus, elle permettra en effet, aux plus fragiles de remplacer leur chaudières pour une fraction seulement de son coût (parfois 1€). A cela il faudra ajouter les économies importantes, sur la durée, en matière de consommation énergétique (900 à 1200€ par an peuvent être économisés).

D’une façon générale, cette aide est constituée de 3 parties:

  • Une prime à la conversion pouvant aller jusqu’à 4000 €
  • Une aide de l’ANAH, pouvant aller jusqu’à 50%HT du montant des travaux
  • Un crédit d’impôt (Crédit d’impôt pour la Transition Énergétique – CITE) de 30% du montant des travaux (aides précédentes déduites)

Je vous propose de retrouver le détail de ces aides sur le lien suivant du ministère de la transition écologique. Il présente en outre des simulations en fonction du choix de mode de chauffage retenu et du revenu du foyer.

L’aide est dans tous les cas très substantielle. Il s’agit là d’une véritable mesure de transition énergétique solidaire.

Je souhaite que nous soyons nombreux à en bénéficier : il y va de notre pouvoir d’achat, il y va de la préservation de notre planète.