Poulailler de 30 000 poules à Carantec

3 septembre 2018

Quelle est votre position et celle de votre majorité par rapport au projet de méga poulailler de 30 000 poules sur Carantec ?
-proximité baie de Morlaix et ses parcs à huitres
-sanitaire: grippe aviaire avec la proximité de beaucoup d’oiseaux sauvages
– 12 ha de bonne terre légumière abandonnée aux poules
– tout celà pour la création d’1 seul emploi et la suppression de sans doute pas mal d’autres.
Je soutiens le développement de l’agriculture et des agriculteurs dans le Léon, mais là je pense qu’il s’agit plutôt d’agro industrie et d’un intérêt individuel et pas d’intérêts collectifs.
Bien cordialement


Bonjour Monsieur,

J’ai bien reçu votre message m’interrogeant sur le projet de poulailler de 30 000 poules à Carantec, et je vous en remercie.

Concernant votre préoccupation liée à la proximité de la baie de Morlaix et de ses parc à huîtres, il faut noter qu’une partie des fientes sont dites « maîtrisables », c’est-à-dire produites lorsque les animaux seront dans le bâtiment. Elles seront stockées en fosse puis exportées. Une part conséquente des effluents de cet élevage n’auront donc pas d’impact sur le milieu.

Par ailleurs, vous savez que ce projet est soumis à simple déclaration et ne nécessite pas d’autorisation particulière. Avec 30 000 poules, nous sommes en-dessous du seuil de l’autorisation en Installation Classée pour la Protection de l’Environnement (lCPE), et donc, en-dessous des seuils à partir desquels l’activité comprend des impacts environnementaux notables.

Pour ce qui concerne l’artificialisation des sols que vous évoquez « 12 ha de bonne terre abandonnées aux poules » et contre laquelle nous devons lutter, c’est avant tout en permettant l’installation de nouvelles activités agricoles que nous pérenniseront des exploitations agricoles dans nos bourgs ruraux et in fine lutterons contre ce phénomène.

La diversité des productions est selon moi essentielle pour nos territoires.

J’ajoute que ce projet « plein air » s’inscrit dans les orientations nouvelles de la filière œuf pour une agriculture durable et raisonnée, respectueuse du bien-être animal et des besoins comportementaux des poules. Ces considérations me sont chères.