Projet QAIROS ENERGIES : production d’hydrogène vert à partir de chanvre

Lundi 28 février 2022 à la CCIMBO Morlaix, Jean FOYER, Président de Qairos Energies et Kévin COLLET, Directeur Général Délégué, ont effectué leur deuxième déplacement en Pays de Morlaix.

L’objectif était de poursuivre les travaux déjà amorcés pour l’implantation d’un deuxième site de production d’hydrogène vert en Pays de Morlaix et de présenter le projet aux potentiels futurs usagers.

De nombreuses structures ont fait le déplacement : GRDF, DREAL Bretagne, SDEF, Chambre d’agriculture du Finistère, Morlaix Communauté, Conseil de développement du Pays de Morlaix, SICA de Saint-Pol-de-Léon, IEL, un transporteur, un producteur sous-abri.

Dans mon propos introductif, j’ai rappelé l’intérêt du projet pour notre agriculture et pour le chauffage des serres, des bateaux de la Brittany Ferries, des transporteurs.

Elisabeth SEVENIER-MULLER, Sous-Préfète de Morlaix, a estimé qu’il s’agit d’un beau projet. Elle a tenue à être présente et à dire que ce projet sera accompagné par les services de l’Etat (DREAL et DDTM) et qu’il a toute sa place dans notre territoire.

Alain RAGUENES, Directeur territorial Bretagne Adjoint GRDF, dresse un portrait des nouvelles solutions permettant d’arriver à un mix de gaz renouvelable. Les 3 méthodes sont la méthanisation, la pyrogazéification et le power-to-gaz.

La pyrogazéification est le procédé retenu par les porteurs de projet. Dans les grandes lignes, il permet de convertir de la biomasse en méthane de synthèse de première génération pour injection dans les réseaux par exemple.

Jean FOYER rappelle que le projet est né en 2017. Pour les agriculteurs, le chanvre est une très bonne plante qui permet, grâce à un système racinaire développé, d’améliorer les rendements au sol. Sans lien très fort avec les agriculteurs, le projet ne peut pas avoir lieu. On peut produire entre 6 et 13 tonnes de matière sèche à l’hectare. Aujourd’hui l’hydrogène gazeux peut être utilisé pour les chariots élévateurs et les poids lourds notamment.

Les participants posent de nombreuses questions ayant trait aux installations de chaudières gaz pour les particuliers ou encore à la nature de la biomasse utilisée, par exemple.

La journée se termine par des rendez-vous individuels.

« Si on veut implanter un écosystème, il faut que ça vienne du territoire. Si on produit de la matière première et qu’on la consomme sur le territoire, c’est bien » (Jean Foyer, Président de Qairos Energies)