Journée du #MangerDurable : se rendre au plus proche des acteurs de terrain

Le 20 mai 2021, les députés Mounir Mahjoubi, Sylvain Templier et Graziella Melchior m’ont rejoint dans la 4ème circonscription du Finistère pour échanger autour du thème #MangerDurable.

Le collectif Manger Durable est un rassemblement de députés de tous bords et d’acteurs engagés sur le terrain : associations, cantines, chefs étoilés, restaurateurs et bien d’autres. Le but est de mieux manger tout en surpassant les enjeux contemporains : environnementaux, sanitaires et sociaux.

L’objectif de ce rendez-vous en circonscription était de mettre en avant les bonnes pratiques alimentaires de différents acteurs du territoire.

Cuisine collective, Santec

Nous avons commencé par une visite de la cantine scolaire de Santec où l’équipe municipale nous a reçu pour visiter les locaux.

Le service de restauration prépare les repas pour 195 enfants par jour. L’accent est mis sur la promotion d’une alimentation de goût avec environ 60 % de produits biologiques dans les assiettes.

La provenance des produits est en grande majorité locale avec par exemple l’utilisation de champignons venant de la commune de Plougoulm, de pommes de terre produites à l’île de Batz, de carottes issues de fermes santécoises ou encore de produits laitiers de Guerlesquin. Des options végétariennes sont également proposées pour la diversité et l’équilibre alimentaire des enfants.

Si ces choix peuvent paraître coûteux au départ, la conception des menus par des cuisiniers formés et le service à l’assiette, permettent des gains notamment en luttant contre le gaspillage.

Tout cela est le résultat d’un choix politique assumé pour donner priorité à la jeunesse et d’une équipe de restauration volontaire, motivée et formée !

Les Cuistots du Viaduc, Morlaix

Par la suite, nous nous sommes rendus à l’IUT GACO de Morlaix, délocalisation de l’Université de Bretagne Occidentale, à la rencontre des Cuistots du Viaduc.

Ce sont cinq étudiants Guillaume, Julie, Kevin, Anne et Hugo, qui dans le cadre de leur projet tutoré, ont décidé de se saisir d’un sujet complexe : la précarité et la diversité alimentaire chez les étudiants.

Ils cherchent à montrer qu’on peut manger sainement de manière responsable.

Pour y répondre, ils proposent aux étudiants et jeunes de Morlaix des recettes et une liste de courses, de manière hebdomadaire. Ils proposent aussi une distribution de paniers de légumes biologiques. En seulement trois distributions, ils ont fourni 60 paniers de légumes permettant aux jeunes de la ville de diversifier leur alimentation. Ils ont aussi participé aux Assises départementales de l’alimentation.

Convivialité et proximité : deux valeurs clefs pour promouvoir la cuisine et les légumes auprès de la communauté étudiante morlaisienne.

Le projet est soutenu par Finistère 2.9 et le Crédit agricole.

Grain de Sail, Morlaix

L’avant dernière rencontre de cette journée fut avec l’un des gérants de l’entreprise Grain de Sail.

Cette entreprise innovante s’est engagée sur la voie de la décarbonation et de la modernisation du transport maritime pour transporter du vin vers New-York et rapporter café et cacao depuis la République Dominicaine et le Pérou.

A la fois exportateurs, importateurs, torréfacteurs et armateurs, les gérants ont axés leur modèle économique sur le développement durable. Le triptyque environnemental, social et économique permet à Grain de Sail de se développer et de financer la création d’un deuxième navire.

L’objectif de l’entreprise est de produire et de vendre des produits qualitatifs d’un côté à l’autre de l’Atlantique de la manière la plus respectueuse de l’environnement.

Du foin dans les Sabots, Guerlesquin

Enfin, pour conclure cette journée autour du Manger Durable nous sommes aller à la ferme Du foin dans les Sabots à Guerlesquin, qui approvisionne la cuisine collective visitée le matin.

Cette ferme biologique dispose d’une autonomie totale dans la gestion des porcs et des vaches laitières, notamment grâce à la réalisation d’un séchoir à foin en grange pour ces-dernières.

En plus de la production de lait, les produits laitiers transformés sur place sont vendus dans leur magasin de producteurs et en restauration collective dans les communes à proximité. Les producteurs soulignent que les regroupements d’écoles, d’EHPAD et autres établissements collectifs auraient du sens pour favoriser l’approvisionnement local.

La Maison de l’Agriculture Biologique accompagne ces changements.

Les coûts sont plus élevés mais la démarche vise à économiser sur l’achat de viande pour monter en gamme, respecter les saisonnalités, éviter le gaspillage en adaptant le grammage et proposer des produits qualitatifs.

Conclusion de la journée : des intervenants passionnés en faveur de la qualité de notre alimentation

Ces acteurs ont eu plaisir à nous accueillir et à nous montrer qu’il est possible de mieux manger et plus durable sans augmentation excessive des coûts.